Promo Noel 2019 Promo Noel 2019

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

Publié le 4 mars 2019 par Spartan de DPSchool dans Interviews de membres - Digital Painting, Interview - 38

Voici la 2è interview de membre de la communauté DigitalPainting.school. La volonté est de mettre en avant les talents, les parcours et les personnes qui font vivre ce site et qui donnent tout dans leur passion pour atteindre leur objectif. Ensuite c’est aussi pour TE motiver, toi et les autres membres ! Cela change des artistes au sommet de l’industrie : ici ce sont des membres inscrits au même endroit, partis du même niveau, qui partagent leur parcours. Cette fois c'est Asur Misoa qui est à l'honneur.

Membre active sur la communauté (et notamment à chaque Challenge où elle nous en envoie plein les yeux), bourrée de talent et bosseuse comme pas deux, Asur Misoa est inspirante par sa passion et son coup de stylet. Je n'en dis pas plus et te laisse lire l'intégralité de l'interview. J'espère que celle-ci saura te booster, et je remercie chaudement Asur Misoa d'avoir joué le jeu et pris un peu de son temps pour DPS.

 

Icone formation digital painting Place aux questions :

Je t'invite à te présenter. Nous avons des membres et élèves de tous les horizons, âges et situations sur DigitalPainting.school. Que peux-tu nous dire sur toi ?
Je suis toulousaine d'adoption, j'ai 31 ans et j'ai toujours aimé dessiner même si je ne m'y suis mise réellement qu'en 2015. Avant ça, je travaillais dans un laboratoire de recherche en tant qu'ingénieur en développement logiciel. Rien à voir avec le dessin, et c'était bien le problème ! Ce poste manquait de créativité, et j'ai décidé de tout quitter pour me lancer à fond dans mon apprentissage du digital painting en 2015.

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

 

D'où t'est venue ta passion pour le digital painting ?
Je m'y suis mise car je voulais pouvoir raconter des histoires en images. Et le digital me semblait être une évidence pour ça. J'entends souvent qu'il vaut mieux commencer à dessiner en traditionnel, mais j'ai préféré apprendre directement sur tablette graphique. Peut-être est-ce dû à ma formation de scientifique informaticienne ?

Interview digital painting Asur

 

Dessines-tu également en traditionnel ?
Du coup non, je ne dessine presque jamais en traditionnel. Seulement quelques croquis d'entraînement ici et là, ou bien les dédicaces de bandes dessinées... Il y a déjà tellement à faire avec le digital !

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

 

Tu as également crée et édité avec succès les premiers tomes de ta BD Eolyn, peux-tu nous parler un peu de ce projet ?
J'ai eu la chance de pouvoir auto-éditer les trois tomes de ma BD grâce à des campagnes de financement participatif réussies. J'ai énormément appris pendant les trois ans de création et de campagne. Ça n'est pas quelque chose que je referai tous les ans car solliciter à ce point les gens apporte beaucoup de stress. Mais ça m'a définitivement rendue moins timide et en quelque sorte plus confiante dans mon travail.
J'ai un peu de mal à parler de vrai succès car, si les personnes qui l'ont lue semblent avoir beaucoup aimé, elles sont encore assez peu nombreuses ! Disons que c'est un succès d'estime, mais que vendre n'est définitivement pas mon point fort. Il va falloir que je bosse là-dessus pour la sortie du troisième et dernier tome cette année !

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

 

Est-ce un objectif que tu visais depuis longtemps ? Quand avais-tu commencé à imaginer les personnages et à dessiner les premières planches ?
La première idée a germé en 2011, l'élément déclencheur a été tout bête. Mon copain m'a envoyé un mail un jour en me disant "tient une idée pour une BD". Je dessinais uniquement en recopiant jusque là. Mais le fait que quelqu'un m'ait crue capable d'illustrer une BD m'a comme ouvert un nouvel horizon. Bien sûr, dans les faits j'étais encore bien loin de pouvoir le faire mais ça a été le déclic... Et le soir même j'ai eu une autre idée qui donnera plus tard Eolyn.
Le dessin m'avait toujours attirée, mais jamais je ne m'étais offert le loisir de penser à ça comme une possibilité de carrière.
Comme il s'agit de ma première expérience artistique, cette BD est très exploratoire techniquement. Je partais de zéro, que se soit en anatomie, en perspective, en story telling, en dialogues ou en composition. Je suis très têtue, et je me suis acharnée à faire et refaire les premières planches de multiples fois sans jamais en être satisfaite. Mais il a bien fallu aller de l'avant à un moment !

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

 

Est-ce important pour toi de pouvoir raconter tes histoires en images, en créant toi-même les illustrations ?
C'est primordial. Que se soit pour illustrer une BD, ou pour une illustration seule, j'aime quand les images racontent quelque chose. Même si c'est souvent compliqué avec les paysages qui sont mes sujets de prédilection !

 

As-tu eu des difficultés liées à ta situation pour progresser dans cette passion ? (manque de temps, incompréhension des proches, doutes personnels...)
Pendant près de 3 ans, je dessinais tous les soirs en rentrant du boulot, je ne sortais pas pour pouvoir dessiner les planches de ma BD. Je n'avais clairement pas assez de temps et le peu que j'avais, je ne l'ai pas pris pour apprendre les bases du dessin. Donc mon travail sur la BD était presque inutile. Un beau jour je me suis enfin décidé à quitter mon travail pour me concentrer à plein temps sur le dessin et enfin apprendre les bases. Les deux premières années ont été riches en apprentissages et découragements. Ma motivation était ma BD. Je voulais sortir cette histoire de ma tête et la mettre sur papier (ou écran).
J'ai eu la chance d'être très bien entourée. Tout le monde a compris que c'était important pour moi et m'a soutenue à fond. Ça m'a énormément aidé, même si je ne m'en rendais pas forcément compte sur le moment. Car oui, comme tous les artistes, je suis passée par des phases de satisfaction et d'autres de grande déprime. C'est d'ailleurs encore le cas. On n'est jamais satisfait de notre travail. Je pense que c'est important d'être auto critique, mais il faut se forcer à ne pas voir que les mauvais côtés. Sinon où est le plaisir ?

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

 

Comment as-tu découvert DigitalPainting.school ?
C'est en cherchant des tutoriels sur comment peindre un paysage que je suis tombée sur le blog de Spartan. J'y ai trouvé de multiples ressources très utiles ! Quand DPS a été lancée, j'étais ravie de connaître les débuts de cette chouette aventure et de pouvoir y participer. :)

 

Tu es très actif dessus, qu'est-ce que DPS t'a apporté ?
Je ne suis plus trop active en tant que membre sur le forum, mais je n'ai jamais loupé un seul challenge. Ils représentent pour moi un grande source de motivation et d'inspiration. J'ai beaucoup appris à chaque participation et ai essayé de me surpasser.

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

 

Pendant combien de temps t'es-tu entraînée de manière active en digital painting ? Et à quel rythme par jour ou semaine ? Avais-tu un fonctionnement particulier ?
Les deux première années où j'ai commencé à peindre, je travaillais au minimum 10 heures par jours, weekend compris. Je travaillais par cycle. Je me donnais un objectif, un secteur du dessin à apprendre (l'anatomie, la couleur, la composition, etc), et je suivais le plus de tuto et de vidéos que je trouvais sur internet pendant plusieurs jours parfois. Puis je pratiquais pendant des semaines en essayant d'appliquer au mieux mes nouvelles connaissances. Au début c'est forcément décourageant car il y a tellement à apprendre qu'on ne sait pas par où commencer. Je voulais tout savoir de suite. Mais il faut arriver à se recentrer, et travailler chaque aspect avec patience. Après, je savais déjà exactement où je voulais aller, et il y a plein d'aspects du dessin que je n'ai même pas survolé, par manque de temps ou de connaissance de leur existence. Quand on travaille tout seul, on passe forcément à côté d'informations malgré internet.

Interview digital painting Asur

 

Quel a été le (ou les) digital paintings où tu as ressenti une "percée" ? Et pourquoi ?
Je ne sais pas trop jusqu'où il faut remonter, car chaque année il y a eu des paintings où je me suis dit "là, tu as appris quelque chose ma cocotte".
Mais si je me concentre sur ceux de l'année qui vient de se terminer, il y en a 2 où je me suis permis des choses que je pensais alors inaccessibles.
Il y a d'abord eu celui-ci :

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée
Où j'ai complètement revu ma manière de faire la végétation et même ma manière de peindre en général.
Puis il y a eu celui-là :
Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée
Où je me suis permis un niveau de détail que je n'avais jamais osé avant. Même si je pense que ni l'un ni l'autre ne soient parfait, surtout au niveau de la composition.

 

Quel est généralement ton processus de création ? As-tu une étape préférée ?
Je commence à partir de vignettes colorées que je passe fréquemment en noir et blanc pour vérifier les valeurs. Ces vignette me permettent de travailler la composition.
Je préfère souvent commencer directement en couleur car elles font parties intégrantes de la composition, et je ne peux pas bien analyser le dessin si elles ne sont pas là dés le départ, quitte à les changer en cours de route. Ensuite, je rajoute petit à petit les détails, tout en vérifiant que je ne perd pas la dynamique de la vignette de départ en comparant souvent les éléments que j'ai rajouté à la version précédente. Je limite au maximum le nombre de calques : au début un seul par plan. Et je travaille sans zoomer, c'est vraiment quand il faut rajouter les petits détails que je me permets de le faire. Je me force tout au long du dessin à ne pas utiliser de valeurs trop clairs ni des teintes trop saturées. C'est vraiment un travail de tous les instants car j'ai tendance à tout vouloir trop saturer de suite. L'étape que je préfère est celle où je rajoute la lumière (les rehauts) et où je peux enfin me lâcher sur les couleurs saturées et claires. C'est à ce moment que la "magie" opère, et pourtant ça prend généralement moins de 5% du temps total de la création !

 

J'aime beaucoup ton style ultra coloré, d'où cela te vient-il ? Des inspirations particulières ?
Les couleurs m'ont toujours passionnées, je pourrais regarder les nuages défiler pendant un couché du soleil des heures durant si c'était possible. Mes inspirations viennent sans doute de ma terre natale (les Alpes), où les paysages majestueux offrent souvent des scènes surréalistes. En général tout ce qu'il se passe quand le soleil est bas dans le ciel m'obsède. La lumière dans les arbres au printemps est aussi quelque chose qui me passionne. Je dois sans doute paraître peu bizarre !

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

 

Tu as un secret pour choisir tes couleurs ?
Une des choses importantes avec les couleurs est de ne pas toutes les saturer. Il faut se concentrer sur la couleur qu'on veut vraiment mettre en avant et bien l'entourer. Tout est relatif, et si on veut mettre en valeur une couleur il faut surtout soigner celles qui vont l'entourer. J'ai encore beaucoup de mal à le faire naturellement, je passe mon temps à dé-saturer mes couleurs au début pour ne pas me retrouver avec un amas de teintes aveuglantes à la fin !

 

Comptes-tu continuer à éditer ta BD ou as-tu d'autres projets professionnels et/ou artistiques ?
Les 3 tomes ont vu leur campagne de financement aboutir favorablement. Et je dois encore terminer le Tome 3 (qui est le dernier) avant de pouvoir passer à autre chose. Je prends beaucoup de plaisir à écrire cette BD, et je remercie encore du fond du cœur tous ceux qui ont cru en moi au point de la soutenir ! Mais elle m'obsède depuis trop d'années et j'ai hâte de pouvoir passer à autre chose. Une fois ce dernier tome terminé, je compte me consacrer entièrement à l'illustration pendant un bon bout de temps. Mon rêve serait d'illustrer pour Magic The Gathering !

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

 

Où trouves-tu l'inspiration ? As-tu des artistes préférés ?
A côté des paysages que je croise tous les jours, je trouve beaucoup d'inspiration dans les films et les jeux vidéo.
Mes artistes préférés sont pour ne citer qu'eux : Hayao Miyazaki, Rhads, Noah Bradley, Simon Stalenhag, Magalie Villeneuve, Tohad et plein d'autres !

 

As-tu d'autres hobbies que le digital painting ?
Pour être originale, à côté du dessin, je joues beaucoup aux jeux vidéos, aux jeux de cartes (je suis une grande fan de Magic the Gathering donc !), et au jeu de rôle papier. À côté de ça, j'aime voyager pour découvrir de nouveau lieux et de nouvelles cultures (mais c'est plus cher et donc bien plus rare !).

 

As-tu des conseils à donner aux autres élèves ou toute personne souhaitant progresser rapidement ?
Mon conseil serait qu'il ne faut pas vouloir le faire rapidement justement car c'est la meilleure manière de se décourager.
L'apprentissage du dessin est un travail de fond non un sprint. Il faut pratiquer quotidiennement, sans brûler les étapes et surtout prendre du plaisir ! C'est la clef, et si on n'a pas la motivation il vaut mieux laisser de côté un moment sans trop insister, car ça ne donne jamais rien de bon à part beaucoup de frustration. Quelque chose qui m'a énormément aider à été de partager mon travail sur internet afin de recevoir des critiques et pouvoir en donner en retour.
Je pense que c'est important d'être toujours critique envers son travail sans pour autant tout rejeter en bloc. A chaque dessin on apprend quelque chose, et il y a toujours du positif même si le résultat n'est pas comme on l'espérait.

Interview de membre #2 : Asur Misoa, et sa BD auto-éditée

--

 

Fin de l'interview, encore une fois merci à Asur Misoa d'avoir donné de son temps et ses conseils pour les autres membres de DPS. Merci aussi à Yun77 pour le coup de main !
Yeah !
Et alors toi cher lecteur, motivé ? :D
 
 
 
 

Icone formation digital painting Retrouve Asur Misoa sur DPSchool

 

Icone formation digital painting Liens de l'artiste

Retrouve l'artiste et ses travaux sur les plateformes suivantes :

 

Poste ton avis sur l'interview en commentaire. Pense également à suivre Asur Misoa sur DPSchool, Artstation et Instagram et à suivre l'évolution de sa BD.

Auteur : Spartan de DPSchool

Depuis toujours animé d'une passion et d'une soif de partage intarissable et aujourd'hui concept artist, illustrateur et formateur, Spartan (Gaétan Weltzer) est le fondateur et premier formateur de DigitalPainting.school.
27 likes

38 commentaires