Interview de membre # 3 : Nuinui, d'élève à concept artist freelance pro

Publié le 24 mai 2019 par Spartan de DPSchool dans Interviews de membres - Concept art, Digital Painting, environment, freelance, Interview, landscape - 38

Voici la 3è interview de membre de la communauté DigitalPainting.school. La volonté est de mettre en avant les talents, les parcours et les personnes qui font vivre ce site et qui donnent tout dans leur passion pour atteindre leur objectif. Ensuite c’est aussi pour TE motiver, toi et les autres membres ! Cela change des artistes au sommet de l’industrie : ici ce sont des membres inscrits au même endroit, partis du même niveau, qui partagent leur parcours. Cette fois c'est Nuinui qui est à l'honneur.

Inscrite depuis l'ouverture de DigitalPainting.school et une des toutes premières élèves à avoir suivi les cours du Programme indispensable (Partie 1), Nuinui s'est donné les moyens d'atteindre ses objectifs depuis le début et aujourd'hui cela paie ! Son début de carrière a commencé sur les chapeaux de roue. En plus de son talent artistique qui ne cesse de grandir, elle a énormément participé à la vie de DPSchool et fait même partie de l'équipe et a animé des ateliers Discord.

 

Icone formation digital painting Place aux questions :

Je t'invite à te présenter. Nous avons des membres et élèves de tous les horizons, âges et situations sur DigitalPainting.school. Que peux-tu nous dire sur toi ?

Je viens d’avoir 26 ans ça fait maintenant un peu plus de 3 ans que je dessine, je suis en freelance dans le concept art et j’habite Paris. Depuis toute petite j’ai toujours beaucoup aimé les histoires de toutes sortes, tout ce qui pouvait me sortir de mon quotidien, livres, films, séries, jeux vidéos sont donc un vrai régale pour moi! J’ai un gros penchant pour les histoires d’horreurs et les thrillers.

Après le bac j’ai fait des études en droit anglo-américain, suite à quelques déconvenues j’ai décidé de me réorienter mais je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire. J’ai réalisé que je voulais travailler dans les jeux vidéos et je me suis orientée dans le développement, puis en m'intéressant à toute la chaîne de production j’ai compris qu’il y avait un gros aspect artistique qui rentrait en compte, j’ai également compris à ce moment là que le dessin pouvait “s’apprendre” (chose inimaginable pour moi) et je me suis donc lancée. Au bout de quelques dessins il y a eu un vrai déclic dans ma tête et j'étais lancée.

Après un an à dessiner j’ai passé les concours pour intégrer la prépa d’une école (Isart) qui proposait un cursus dans le concept art. Suite à cet entretien j’ai réussi à intégrer l’école en 3e année, mais à cause d’un problème personnel je n’ai pas pu faire l’année. J’ai donc continuer à apprendre de mon côté et grâce à internet. Je me suis lancée tout récemment en freelance.


D’où t’est venue ta passion pour le digital painting ?

Alors c’est venu complètement par hasard. Depuis toujours je regardais des images sur internet (deviant art, fond d’écran, images liés aux promotions de jeux vidéo…) que je trouvais incroyables, j’en faisais des dossiers sur mon ordinateur que je regardais très souvent. Je m’imaginais tous les mondes et les univers derrières ces dernières, mais ça me semblait un domaine inatteignable, au point où la question ne se posait même pas dans ma tête. Je me souviens qu’a l’époque il m'était d’ailleurs impossible de comprendre par quelle sorcellerie ces images avaient été réalisés Je pensais que le dessin était un talent inné, quelque chose d’acquis et non quelque chose que l’on peut travailler (a part les cours de dessins au collège, je ne dessinais pas du tout).

Comme je l’ai rapidement expliqué à la question d’avant, au début j’ai surtout appris le dessin pour avoir un travail et pas du tout par passion ou par envie. Je m'étais acheté un livre à l'aveugle, pas forcément un des meilleurs, sur comment apprendre a dessiner et je détestais ça. Puis j’ai essayé de dessiner de mon côté et après quelques dessins j’ai eu un vrai déclic et je ne saurais pas trop comment l’expliquer mais je savais que c'était ce qu’il me fallait, que c’était fait pour moi. Mais tout ça s’est passé sur une période assez courte finalement (un mois).

La passion s’est vraiment développée au cours de mon apprentissage au point de devenir une vraie drogue. A force de voir les images des autres, les univers créés, les connaissances, les choses dans la vie de tous les jours que je ne voyais pas avant (s’extasier sur les changement de couleur avec les ombres portées et le soleil dans la rue….) c’est devenu formidable et c’est impensable de revenir en arrière.


Tu as commencé quand ?

J’ai commencé le dessin en début de l’année 2016, je n’avais absolument aucune base avant, c'était une véritable catastrophe et je pèse mes mots. Je dessinais comme un enfant de 7 ans, mais à l’époque ça m'était complètement égal et c'était vraiment fun. J’ai tout gardé et ça me fait bien rire aujourd’hui de regarder mes vieux dessins, c’est aussi important je trouve de voir le chemin parcouru. Ensuite, j’ai rapidement cherché à me renseigner sur comment apprendre a dessiner et je suis tombée sur de très bons sites sur internet pour apprendre le dessin de construction notamment, c’est à partir de là que j’ai commencé à prendre pas mal de cours en ligne.

 

Dessines-tu également en traditionnel ?

Oui tout à fait! J’ai d’ailleurs commencé uniquement au traditionnel, pendant plus de 6 mois je n’ai quasiment fait que ça. Je trouvais qu’apprendre photoshop et apprendre le dessin en même temps c’était me rajouter de la difficulté car je ne savais même pas tenir un crayon correctement. C'était beaucoup plus simple pour moi de dissocier les deux pour mieux prendre mon temps et de fragmenter mon apprentissage pour le rendre plus accessible.
Aujourd’hui je dessine toujours en traditionnel, pour de multiples raisons. En général j’aime bien dessiner dans mon sketchbook en soirée ça me permet de me reposer un peu les yeux en fin de journée et ça me détend bien aussi.
De même pour tout ce qui est étude anatomique / gestuelle, je trouve ça plus agréable de bosser en tradi, plus précis aussi. Je trouve également que le tradi permet de travailler en réfléchissant et analysant un peu plus ce qu’on fait, car il est difficile de masquer ou ctrl-z une erreur. Ca me force à être un peu plus posée, lente, quand je dessine, chose que j’ai du mal à faire avec ma tablette, avec laquelle je trouve que j’ai trop tendance à me précipiter.

Enfin je trouve que tester plein de techniques et support différents aide beaucoup à éviter les artblocks ou les périodes de frustrations, ça apporte un peu de “fraîcheur”, de renouveau, quand le digital painting ou le dessin deviennent pesant.
Pour ma part je bosse pas mal au crayon à papier, à la pierre noire, aux stylos, brush pen et marker (j’ai souvent acheté pas mal de matériel pour au final utiliser des trucs très basiques, je dessine souvent avec un stylo bic par exemple..)
Pareil l’été je trouve ça super de faire de l’aquarelle en plein air ou même chez soi, plus le temps passe plus je teste et j’adopte de nouvelles techniques qui je trouve m’aident beaucoup dans mon travail et dans mon apprentissage, il y a vraiment des choses à apprendre de chacune d’elle. Ca me permet aussi d’éteindre le pc quand il fait 35 degrés dans mon appart :).

 


As-tu eu des difficultés liées à ta situation pour progresser dans cette passion ? (manque de temps, incompréhension des proches, doutes personnels...)

Je crois que la plus grosse difficulté pour moi a tout d’abord été physique. J’ai un problème de santé qui affecte tout mon bras droit (du trapèze jusqu'à la main en passant par l’épaule), c’est un problème nerveux donc douleurs, manque de force, fatigue musculaire, etc..
Ca n’a pas été facile parce que ça m’a souvent empêché de dessiner à cause de la douleur. J’ai aussi dû gérer mon temps différemment, dès que je n’avais pas mal je dessinais un maximum car j’avais toujours en tête que dès que la douleur serait trop forte, je devrais faire une pause. Il m’a fallu beaucoup de temps et de patience pour en venir à bout. Je n’ai pas pu faire l’année dans l’école que je souhaitais à cause de ça et ça à été assez dur psychologiquement à ce moment là car j’avais tout misé là dessus.
Heureusement aujourd’hui grâce à beaucoup d’exercice et nombre d’aménagements de mon poste de travail, tout va très bien et j’ai pu dépasser ce problème même si je dois toujours faire attention aujourd’hui.

Ca a aussi été difficile de trouver un bon rythme de travail, ça l’est d’ailleurs toujours aujourd’hui. Quand on travaille chez soi la barrière travail/temps libre devient assez floue. On associe son chez-soi à son bureau et on culpabilise rapidement lorsqu’on n'est pas en train de travailler. Je pense (et les personnes de DPs qui me connaissent un peu aussi) être une personne assez dans les extrêmes. J’ai du mal à faire quelque chose a moitié, c’est toujours tout ou rien (plus souvent tout). Ce qui fait que le digital painting est dévorant, j’ai beaucoup de mal a faire d’autre chose à côté.
Il a fallu apprendre aussi à gérer tout ça et encore aujourd’hui ça me pose beaucoup de problème. Surtout quand on se trouve dans une phase de plateau où on donne tout et on ne perçoit aucun résultat. Apprendre à dessiner et le digital painting relève parfois d’une réelle épreuve mentale, chose que je n’aurais jamais pensé avant.


Enfin j’ai eu aussi pas mal de doute ces dernières années, c’est vraiment dur quand on est seul et qu’on souhaite atteindre un niveau pro car ça passe par l'autoévaluation et c’est quelque chose de très difficile. Est-ce que je suis prête à travailler, est-ce que je vais y arriver etc etc… Et le pire c’est que tant qu’on a pas essayé on n'a pas de réponse.

 

Comment as-tu découvert DigitalPainting.school ?

Je ne sais plus exactement, ça remonte un peu maintenant, il me semble l’avoir découvert sur ton blog à l’époque. Je crois avoir découvert le site un mois avant son lancement que j’attendais alors impatiemment.

 

Pendant combien de temps t’es-tu entraînée de manière active en digital painting ? Et à quel rythme par jour ou semaine ?

Mon rythme à beaucoup évolué depuis que j’ai commencé. Au début je travaillais sur un rythme assez basique de travail à savoir 8h/jour par semaine (je ne travaillais pas les week ends). Puis rapidement j’ai réalisé que si je voulais ratrapper mon “retard” (ayant commencé a 23 ans avec aucune base, ça me faisait un peu paniquer à l’époque) il fallait que je mette les bouchées doubles et petit à petit j’ai commencé à rentrer plus d’heure dans mes journées et à bosser les week end. J’ai eu la chance de pouvoir m’y consacrer à plein temps. Très rapidement je n’ai plus compté les heures et je dessinais le plus possible. Depuis je pense être en moyenne a un peu plus de 10 heures par jour, parfois plus parfois moins. Dernièrement j’essaye de m’accorder un peu plus de temps pour moi les week ends par exemple, car ça commençait à être difficile, mais encore une fois ça dépend des projets et du boulot.

 

Avais-tu un fonctionnement particulier ?

Avec l’expérience j’ai compris l’intérêt de se fixer des objectifs à moyen terme afin de rendre l’apprentissage du dessin (qui prend quand même plusieurs années) plus digeste. Par exemple dans mon cas dès le début j’avais toujours un but en tête, le premier à été d’apprendre suffisamment pour être capable de faire un portfolio afin d’essayer d'intégrer la prépa d’une école. Ensuite comme j’avais été accepté dans une année supérieure il a fallu que je mette les bouchées doubles pour être sûr d’être à niveau et ainsi de suite. Du coup c’est un truc que je conseil, essayer d’aborder son apprentissage par pallier en se fixant des buts simple et précis, c’est une manière détournée de se concentrer sur un objectif plus gros mais je trouve que ça donne des supers résultats car la route semble moins longue.


Ensuite je fonctionne à l’analyse. J'analyse mon niveau, mes objectifs et je suis tout le temps en train de penser à ce qu’il faut que je fasse, que je change ou que j’améliore et par quels moyens y parvenir. Ce n’est pas un fonctionnement évident car ça impose de toujours tout remettre en question (est-ce que tel exercice me sert vraiment, est ce que je pourrais pas en faire un plus utile, faut-il mieux que je suive tel type de cours, dois-je apprendre tel logiciel etc..) Quand on travail seul on est responsable de son niveau et de ses résultats, ce qui nous met une pression supplémentaire sur les épaules.


Je prends aussi beaucoup de notes, j’ai toujours du papier près de moi et des notebooks pour tout organiser. Je marche beaucoup à l’objectif ainsi, chaque mois je vais me donner un objectif précis, par exemple améliorer mes couleurs avec du coup des exercices sur lesquels je vais plus me concentrer durant ce mois (études rapides de paysage et de peinture de maîtres etc…). J’ai aussi un notebook pour organiser chaque journée, je sais que dès que je marque quelque chose dessus ça doit être fait, ça me force à bosser parce que je déteste quand les choses ne sont pas faites. Ca me permet de m’organiser et de ne pas m’éparpiller, c’est très utile aussi pour savoir combien de temps un projet va nous prendre quand on fait du freelance afin de gérer son temps, surtout quand on bosse avec d’autres pays et que les retours se font tard dans la soirée ou très tôt le matin.


Enfin je pense qu’une des clés c’est aussi la routine, quand on apprend seul ou qu’on travaille chez soi, s’imposer un rythme de vie (se lever a la même heure tous les matins, commencer à travailler à une heure précise etc..) requiert une vraie discipline et je pense que c’est ce qui fait la différence entre ceux qui arrivent à bosser chez eux et ceux qui n’y arrivent pas.

 


Tu as suivi les cours du Programme indispensable (Partie 1) dès l’ouverture du site si je ne me trompe pas. T’ont-il aidé à atteindre ton objectif ? Si oui, comment exactement ?

Oui j’ai bien pris les cours et ils m’ont beaucoup aidé pour commencer car je n’avais absolument aucune base sur photoshop. Ca été une vraie bouée pour Photoshop, ça m'a permis d’avoir une prise en main rapide du logiciel et j’ai pu être à l’aise assez vite dessus. J’ai pris les cours le jour de leur sortie effectivement, je crois en fin juillet mais comme je devais faire un portfolio pour février, je n’ai jamais pu les terminer car il a fallu que je le commence assez tôt et donc que j’aborde rapidement d’autres sujets (dessin d’imaginations notamment) à l’époque ces cours n'étaient pas disponible sur ton site. L’élaboration du portfolio m’a pris pas mal de temps et je n’ai pas trouvé l’occasion de revenir sur les cours après mes concours car je devais apprendre la 3D pour l’école.

 

Quel a été le (ou les) digital paintings où tu as ressenti une “percée” ? Et pourquoi ?

Le digital painting avec lequel j’ai vraiment commencé à voir une différence à été un des paintings que j’ai fait pour le challenge de DPS sur les mondes parallèles, une église avec à la fois un côté joyeux et un côté sombre. Je m'étais vraiment donnée à fond dessus et ce qui a fait la différence je crois c’est qu’au moment ou je me suis dit “Bon je pense avoir fini”, j’ai regardé mon image et au final elle ne me plaisait pas complètement. Je me suis dit que c'était dommage d’y avoir passé autant de temps (plusieurs jours déjà) sans que ça me plaise à 100% et j’ai décidé de pousser à fond, ça a été assez dur mais ça a vraiment payé. Depuis j’essaye toujours de fonctionner comme ça pour mes images, une fois qu’elles approchent de la “fin”, je redouble d’effort pour voir ce que je pourrais changer ou améliorer.
C’est également à ce moment que j’ai compris l’importance des challenges et d’y participer. Se donner à fond sur un thème précis ça permet bien souvent de sortir de sa zone de confort et de se dépasser, plus qu’on ne le ferait pour un travail perso.

 

Quel est généralement ton processus de création ? As-tu une étape préférée ?

Je fais souvent une comparaison avec mes digital paintings, il y’a un jeu vidéo qui se joue à deux, où l’un des joueurs incarne un bébé qui se balade dans une maison et qui doit tout faire pour se mettre en danger, l’autre joueur, le parent doit lui courir après pour tout sécuriser/ ranger. C’est exactement pareil quand je peins, je suis l'adulte et mon dessin n’a qu’une envie c’est de partir dans tous les sens pour se mettre en danger. Parfois c’est une vraie lutte même si j’ai l’impression qu’avec le temps et l'expérience c’est de moins en moins compliqué et de plus en plus fluide.

Mon processus dépend toujours de l’œuvre et si c’est pour un client ou non.
En général je commence par une bonne phase de recherche avec une grosse partie prise de note, ensuite je vais faire un brainstorming sur une feuille et noter toutes les idées et remarques qui vont me venir en tête. Une fois que j‘ai une histoire claire dans ma tête (parfois une seule bonne phrase peut suffire) et que ce je dois représenté est bien défini, je pars à la recherche de références en général assez précises sur internet.

Ensuite je passe à l’étape du thumbnail, parfois en couleur parfois en noir et blanc, parfois même en tradi ça dépend du sujet. Une fois que j’ai un sketch qui me plaît, je passe à la 3D (pas toujours le cas mais de plus en plus souvent) au besoin j’approfondis un peu plus mes croquis (par exemple pour bien définir de l'architecture ou le plan de ma scène).

Une fois que j’ai un rendu 3D basique, je passe sur photoshop et je repeins par dessus jusqu'à avoir une image qui me plaît. En général une image peut me prendre entre une demi journée à 3 jours max, plus pour les gros projets qui nécessitent du worldbuilding.

 


Tu as aujourd’hui atteint un niveau déjà impressionnant ! Dans le passé, as-tu toujours cru que tu atteindrais ce niveau un jour ?


C’est très difficile de répondre à cette question, bizarrement plus le temps passe et plus je progresse, plus je suis dur avec moi même. Y’a 3 ans clairement j’aurais répondu que c'était impossible, mais aujourd’hui je vois juste tout ce qu’il faut encore apprendre et j’ai du mal a voir mes acquis. Je suis rarement satisfaite de mon travail et c’est toujours plusieurs mois plus tard que j’ai un regard plus objectif sur ce que j’ai fait, que je réalise le travail fourni et la progression..

 

Quel est ton sujet de création préféré ? Environnements, monstres, personnages... ?

Clairement et de très loin les environnements! Au début je ne me posais pas vraiment la question mais assez vite j’ai trouvé que se spécialiser me permettrait de gagner plus rapidement du niveau (en me permettant de me concentrer sur moins de sujets à la fois) et je me suis posée la question “qu’est ce qui m’attire dans les jeux vidéo, films etc..” Immédiatement j’ai compris que c'était les environnements, dans les jeux d’aventure quand au loin on peut apercevoir des ruines et qu’on se dit “ohlala faut que j’y aille!! Y’a surement plein de trésors là dedans!”, voir les villes dévastées, les sentiments que ça procure, enfin bref j’ai réalisé que bien souvent ce n'était pas les personnages qui étaient le plus marquant pour moi. A partir de là je me suis surtout concentré sur tout ce qui est décor, paysage, prop, architecture etc… et c’est vraiment ce qui me plaît le plus. Pour moi les environnements c’est un appel à l’aventure, au voyage, au mystère, tout ce que j’ai envie de faire ressentir aux personnes qui voient mes images.

 

Tu sembles avoir un penchant pour la fantasy, je me trompe ? Aimerais-tu travailler ou travailles-tu sur des univers dans ce genre ?

Oui même si j’aime bien aussi les autres univers, comme tout ça est assez récent pour moi je ressens le besoin d’explorer à fond ce que j’aime le plus et donc la fantasy. J’ai réalisé quelques contrats sur ce thème mais pas des grosses licences. J’adorerais effectivement travaillé dans ce genre même si je différencie beaucoup travail perso et travail pro, pour le moment j’ai toujours réussi à m’attacher aux projets, même ceux qui m'enthousiasmaient le moins au départ.

 

As-tu aujourd’hui des contrats professionnels ? As-tu reçu des propositions de travail ?

J’ai eu plusieurs propositions d’emplois à plein temps dans le concept art, c’est malheureusement à contre cœur que j’ai dû refuser ces dernières car la plupart étaient à l’étranger hors, je ne souhaite pas quitter la France car je suis établie ici avec ma famille.

Du coup je mise surtout sur le freelance et les missions de quelques mois sur Paris. J’ai pour le moment eu quelques contrats mais je n’ai pas encore démarché de moi même car ayant un peu bossé j’ai pu réalisé qu’une fois qu’on est dedans c’est très difficile de s’accorder du temps pour apprendre de nouvelles choses et s’améliorer. J’ai donc préféré attendre un peu et je me suis laissée jusqu’à la fin du prochain challenge sur Artstation (qui est maintenant) avant d’envoyer des mails un peu partout.

 

Quels sont tes objectifs de carrière artistique si tu en as ?

Je ne sais pas si j’ai réellement des objectifs précis car pour le moment je sais que quitter le France m’est impossible et les studios pour lesquels je rêverais de bosser (Naughty Dog, Santa Monica, CD projekt) ne me sont donc pas accessibles, du coup j’aimerais juste travailler sur des projets qui me plaisent et voir les opportunités qui s‘offriront à moi, un but ultime serait quand même de pouvoir un jour travailler sur un film, un film d’horreur ça serait le must.

 

A part le digital painting pur, utilises-tu d’autres outils ou techniques ? 3D, traditionnel…. ? Si oui, quels avantages cela t’apporte-t-il ?

Oui je bosse de plus en plus avec la 3D (blender et 3d coat surtout) et j’essaye vraiment d'approfondir mes connaissances là dessus. Les avantages sont énormes, un gain de temps immense, par exemple pour la perspective, je modélise ma scène et si un bâtiment ne va pas, doit être changer de position ou autre c’est très simple de faire une modification, alors qu’en 2D ça prendrait un temps fou. Je peux aussi faire une scène afin de tester de multiples angles de vues pour avoir la meilleure composition. Ca permet de pouvoir avoir des résultats inattendu aussi et de provoquer les “happy accidents” notamment sur 3D coat sur lequel je vous encourage de vous renseigner. Bien sûr la 3D ne fait pas tout et il est impératif de revenir dessus avec un paint over mais ça fournit vraiment une excellente base en général même si je ne passe pas toujours par cette étape (parfois les deadlines sont trop courtes, ou alors les idées n’ont pas besoin d’être aussi poussées).

 

Où trouves-tu l’inspiration?

C’est assez aléatoire je dirais, c’est toujours plus simple pour moi de travailler avec une contrainte, bizarrement ça me permet d’être plus libre dans un sujet précis sinon j’ai tendance à partir un peu dans tous les sens et à perdre beaucoup de temps mais j’ai pas mal travaillé là dessus et c’est moins le cas aujourd’hui. Il m’arrive souvent d’avoir des “flashs d’images” aussi dans la tête, des compositions avec une ambiance et en général je me sens obligée de les réaliser sinon ça ne me sort pas de la tête.

Quand je n’ai pas d’idée j’ai un dossier d’image sur mon pc ou je range toutes les images qui m’ont marquées ou attirées (composition, texture, couleurs, ambiance, scène…) et je vais y faire un petit tour.

Enfin mes autres sources d’inspiration et de motivation restent les films, les séries, les jeux vidéos, les livres et tout autre types d’histoires.

 

As-tu des artistes préférés?

Bien évidemment ! Ce ne sera pas une surprise pour certains mais mon artiste préféré est John Park. Je lui dois beaucoup, Il fait vraiment partie de ces artistes qui ont aidé à allumer cette flamme en moi. Il maîtrise tellement de choses, travaille sur tellement de projets, c’est toujours un bonheur de regarder ce qu’il fait et toujours très motivant et inspirant même si c’est souvent assez éloigné des univers que j’apprécie le plus, c’est un vrai modèle pour moi.

Je suis aussi la plupart des artistes de chez Naughty dog (Eytan Zana, Nick Gindraux et Aaron Limonick), ils ont des techniques époustouflantes, j’aime également beaucoup regarder plein de choses différentes et je passe pas mal de temps sur Artstation pour ça.
Enfin je regarde beaucoup les peintures de maîtres, j’aime beaucoup les illustrateurs américains, comme Tom Lovell et Leyendecker, de même les aquarellistes comme Zorn ou Zbukvic, les peintres russes comme Shishkin et même des artistes contemporains comme Tibor Nagy.

 

Tu es également active au sein de l’équipe DigitalPainting.school où tu as notamment animé bon nombre d’ateliers Discord. Cela vient-il d’une envie de partager ta passion ? Qu’est-ce que cela t’a apporté jusqu’ici ?

A la base j’ai rejoint discord pour avoir un peu de compagnie dans mon apprentissage. Au bout d’un moment j’ai eu envie de faire des ateliers uniquement orientés sur les études, pour me forcer à en faire un peu plus dans la semaine mais aussi pour partager ça avec d’autres personnes, c’est très agréables de travailler en même temps et a plusieurs sur le même thème. Ca m’a permis de créer des liens solides avec certains membres et j’ai énormément appris grâce au discord. C’est très motivant d’avoir un environnement de travail et d’échange comme ça.

 

As-tu d’autres hobbys que le digital painting ?

Oui et heureusement car ça me permet de bien souffler parfois. Je cuisine pas mal et j’adore ça, ça me permet de me vider la tête et pas besoin de passer par des heures et des heures de cours et de pratique pour avoir de savoureux résultats.

Je fais aussi pas mal de sport, c’est important de prendre soin de soi quand on est assis devant sa tablette tout le reste du temps, je fais ça plusieurs fois par semaine.

Enfin un des mes passes temps préférés, ce sont les histoires. Premièrement l’histoire avec un grand H, je lis beaucoup d’articles archéologiques et je regarde pas mal de documentaire. Mais aussi je passe pas mal de temps à essayer de découvrir un maximum de plus petites histoires tel que, les mythes, les légendes urbaines, des tranches de vies etc... que ça soit réel ou fictif. Je ne sais pas vraiment d’où ça me vient mais j’en raffole, je pense que c’est un moyen pour moi d’essayer de mieux comprendre le monde qui nous entoure.

 

As-tu des conseils à donner aux autres élèves ou toute personne souhaitant progresser rapidement ?

C’est difficile parce que je ne sais pas si ce qui fonctionne pour moi s’applique aux autres mais je dirais, avant tout essayer d'être objectif avec soi-même, avec ses forces et ses lacunes et travailler de manière intelligente pour essayer de pallier à ces dernières. Je trouve qu’on oublie trop souvent que nous sommes tous différents et qu’une méthode ou qu’un exercice qui fonctionne pour quelqu’un ne fonctionnera pas forcément pour tout le monde. C’est donc ça que j’appelle travailler intelligemment, comprendre ce qui nous fait progresser et aussi ce qui nous donne envie de continuer. Penser aussi à s’aérer l’esprit de temps en temps car quand le dessin commence à prendre trop de place ça devient vite épuisant.

 

Icone formation digital painting Retrouve Nuinui sur DPSchool

 

Icone formation digital painting Liens de l'artiste

Retrouve l'artiste et ses travaux sur les plateformes suivantes :

 

Poste ton avis sur l'interview en commentaire et bien sûr pense à suivre les créations de Nuinui sur DPSchool et partout ailleurs ou cela est possible. Je pressens qu'elle n'a pas fini de nous en mettre plein les yeux ! 

Enfin, un grand merci à Nuinui pour toutes ses contributions à DigitalPainting.school et pour avoir trouvé le temps de répondre à mes questions. J'espère que celle-ci saura t'inspirer !

Auteur : Spartan de DPSchool

Depuis toujours animé d'une passion et d'une soif de partage intarissable et aujourd'hui concept artist, illustrateur et formateur, Spartan (Gaétan Weltzer) est le fondateur et premier formateur de DigitalPainting.school.
48 likes

38 commentaires